Actualité / 22 juillet, 2015

Apprentissage : Les Jeunes veulent des précisions !

Lors de ses vœux aux français, le Président de la République a replacé la question de la formation professionnelle et de l’alternance comme un enjeu majeur pour la jeunesse en précisant que l’objectif était « qu’aucun apprenti ne soit sans employeur et qu’aucun employeur ne demeure sans apprenti ».

Cette inflexion que nous appelons depuis plusieurs mois n’en demeure pas moins imprécise et soulève de nombreuses interrogations. En effet, depuis le début du mandat de François Hollande, ces annonces précipitées et ces mesures injustes ont considérablement détérioré la situation de la jeunesse de France.

Alors que le chômage des jeunes atteint près de 25 %, que 100 000 jeunes ont passé la porte de Pôle Emploi depuis Mai 2012 et que seulement 5 % des jeunes de 15 à 24 ans sont en apprentissage, le Président de la République réitère ces déclarations fracassantes à notre égard sans qu’aucune mesure concrète ne soit prise. Une tentative dont on aura compris qu’elle ambitionne de reconquérir la jeunesse à quelques mois de l’élection présidentielle plutôt que de prendre à bras le corps la question de la formation professionnelle.

D’autant plus que cette filière d’excellence a déjà fait l’objet de plusieurs annonces et notamment le 12 Mai 2015, lorsque Manuel Valls promettait de mettre en place un grand plan pour l’apprentissage pour passer de 400 000 à 500 000 alternants… Le résultat a été à l’image de l’action du gouvernement en faveur de la jeunesse : un échec !

Les Jeunes Républicains demandent au Président de la République de s‘engager sur un calendrier précis, des objectifs concrets et des propositions sérieuses afin qu’un débat ait lieu pour apporter des solutions comme l’ont fait les candidats de la droite et du centre élus lors des élections régionales.

Ainsi, nous demandons une rationalisation de la carte de formation par rapport aux offres d’emploi dans les territoires, et permettre aux jeunes de commencer l’apprentissage dès 14 ans. Chaque jeune qui en fera la demande doit pouvoir bénéficier d’un cursus en alternance. Nous proposons également la fin du système des contrats aidés pour privilégier l’aide aux contrats d’apprentissage, qui ont vocation à créer des emplois durables.

Les Républicains proposent des solutions concrètes pour la jeunesse de France. S’opposer oui, à la condition de proposer.

Marine BRENIER, Présidente des Jeunes Républicains
Et le Bureau National des Jeunes Républicains

Actualité / 25 juin, 2015

Christian Estrosi, candidat à la région PACA

« Renaissance ». Le nom du lieu de lancement des ateliers pour l’avenir de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur n’aurait pu être mieux trouvé. C’est en effet l’objectif que se donnera Christian Estrosi pour les élections régionales : permettre à notre région de renaître de 18 ans de gestion socialiste calamiteuse, faite de copinage et de gaspillage. C’est pour cela que les Jeunes Républicains de la région se battront aux côtés de Christian Estrosi, pour mettre fin à la copinocratie qui règne aujourd’hui en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

 

Actualité / 4 juin, 2015

NON à cette réforme du collège!

Avec prés de 145 milliards d’euros, soit 6,8% du PIB, toutes les études démontrent que notre système éducatif est moins performant que les autres pays observés et ce en dépit d’un budget consacré supérieur.

La question essentielle est celle de la capacité du collège à transmettre les fondamentaux, sans lesquels une insertion sociale devient problématique, voire impossible.

Cette vérité républicaine a été formalisée en 2005 au sein d’un socle de connaissances:

compter, lire, parler, écrire la langue officielle du pays mais aussi apprendre la citoyenneté, le fonctionnement de nos institutions et les valeurs de la République, tout ce qui fait que l’on a conscience d’appartenir à une même nation, la France.

La réforme actuellement proposée par le gouvernement est un passage en force partisan qui relève plus du dogmatisme que de la pédagogie.

Réformer le collège est une nécessité mais cela doit se faire dans la concertation avec les professionnels et les parents d’élèves. Ce n’est pas dans des bureaux parisiens, de manière technocratique, que l’on écrit arbitrairement un nouveau système éducatif!

Preuve de ce déni de démocratie, la publication du décret d’application avant même la fin de la consultation lancée par le ministère. Se dessine derrière ces procédés d’un autre temps, l’ambition socialiste d’étendre une idéologie égalitariste.

Par ces méthodes, on nie que l’Ecole a le devoir d’apporter à chacun ce dont il a besoin pour réussir, on nie que nos élèves sont des individus à part entière, et sous couvert de mettre fin à l’élitisme, on l’encourage.

Apprendre une seconde langue dès la 5ème alors que les savoirs fondamentaux ne sont pas acquis, c’est ajouter une charge supplémentaire aux collégiens qui sont déjà en difficultés scolaires.

Créer des heures d’accompagnement éducatif, pour alterner dans la même journée séances destinées à combler leur retard et cours de LV2, c’est ajouter à la confusion la difficulté.
Supprimer les classes européennes, ce n’est pas réduire une inégalité, c’est promouvoir le nivellement par le bas!

En effet, il n’y a pas égalité des chances, valeur fondamentale de l’Ecole républicaine, lorsqu’on sait que les classes de latin et européennes sont souvent un moyen de promotion sociale. La véritable question, c’est l’identification de la non-maitrise des fondamentaux à l’arrivée au collège. Cette réforme devrait traiter le problème en amont, au niveau de l’école primaire.

Elle reproduit la logique du baccalauréat. C’est une très bonne chose que plus de 70% d’une classe d’âge l’obtiennent mais cela ne doit pas se faire de façon idéologique au détriment de la qualité du diplôme.

C’est pourquoi, nous souhaitons une réforme basée sur un tronc commun regroupant les fondamentaux puis l’ouverture à l’apprentissage et à l’alternance pour développer les formations nécessaires à l’emploi, et pour conduire chaque élève à l’excellence dans la filière et la professionnalisation de son choix, car là est la véritable vocation de l’Ecole de la République!

 

Une tribune co-signée par Julien Aubert, Député de la 5ème circonscription du Vaucluse, conseiller municipal d’opposition à Carpentras
Victor Adam, Conseiller Municipal de Sausset-les-Pins, Bouches du Rhône
Romain Airaudo, conseiller d’arrondissement du 7ème secteur de Marseille, Bouches du Rhône
Romain Allemant, Conseiller Municipal de Cagnes sur Mer, Alpes Maritimes
Romain Amaro, Conseiller municipal des Pennes-Mirabeau, Bouches du Rhône
Anouck Aragones Benchetrit Adjoint au Maire du 4ème secteur de Marseille, Bouches du Rhône
Berettoni Thomas, Adjoint au Maire de Saint Laurent du Var, Alpes Maritimes
Alexandra Borchio Fontimp, Conseillère municipale d’Antibes, Conseillère départementale des Alpes-Maritimes
Fabien Bravi, Adjoint au Maire de Marignane, Bouches du Rhône
Marine Brenier, Adjointe au Maire de Nice, Conseillère départementale des Alpes Maritimes
Enzo Brunetto, Conseiller Municipal de Roquefort la Bédoule, Bouches du Rhône
Josepha Colin, Adjointe au Maire du 3ème secteur de Marseille, Bouches du Rhône
Guillaume Decard, Adjoint au Maire de Saint Raphael, Conseiller départemental du Var
Christophe De Cecco, Conseiller Municipal à Althens des Paluds, Vaucluse
Eddy Denis, Conseiller municipal de Volx, Alpes de Haute Provence
Sylvain Di GiovanniI, Adjoint au Maire du 4ème secteur de Marseille, Bouche du Rhône
Christelle D’intorni Mesnil Charpail, Maire de RIMPLAS, conseiller métropolitain, Alpes Maritimes
Fabrice Durand, Conseiller municipal de Plan-de-Cuques, Bouches du Rhône
Manon FORTIAS, Conseillère municipale déléguée de Toulon, Conseillère départementale du Var
Eric Giancarli, Adjoint au Maire du 3ème secteur de Marseille, Bouches du Rhône
Sebastien Ginet, Conseiller municipal d’opposition à Forcalquier, Alpes de Haute Provence
Romain Gryzka, Conseiller municipal de Briançon, Conseiller communautaire, Hautes Alpes
Stanislas Le Du, Conseiller municipal délégué de Toulon,
Vincent Lescot, Conseiller Municipal de Châteaurenard, Bouches du Rhône
Philippe Memoli, 1er Adjoint au Maire du 3ème secteur de Marseille, Bouches-du-Rhône, Camille Minetti, Adjointe au Maire du 3ème secteur de Marseille, Bouches-du-Rhône
Alexandre Mougin, Conseiller municipal de Gap, Hautes Alpes
Jean-Michel Muracciole, Adjoint au Maire du 5ème secteur de Marseille, Bouches du Rhône
Arnaud Murgia, Conseiller Départemental des Hautes Alpes
Arthur Ohanessian Adjoint au Maire du 3ème secteur de Marseille, Bouches-du-Rhône
Christophe Moreno, Conseiller municipal délégué de Toulon, Var
Nicolas Paget, Adjoint au Maire à Courthezon, Conseiller communautaire à la CCPRO, Vaucluse
Stephane Paoli, Adjoint au Maire d’Aix en Provence, Bouches du Rhône
Audrey PASQUALI-CERNY, Conseillère municipale, Conseillère métropolitaine TPM, Var
Benoit Pelletier, Conseiller municipal délégué à Toulon, Var
Jean François PERILHOU, Maire de Vaison la romaine, Vaucluse
Thibault PINATEL, Conseiller d’arrondissement délégué du 1er secteur de Marseille, Bouches du Rhône
Robin Pretot, Conseiller municipal d’Istres, Bouches du Rhône
Marine Pustorino, Adjointe au Maire de Marseille, Vice Présidente du Conseil départemental des Bouches du Rhône
Emilie Revello, Conseillère municipale de Vence, Alpes-Maritimes
Julien Ruas, Adjoint au Maire de Marseille, Bouches du Rhône
Anne-Laure Rubi, Conseillère municipale de Nice, Alpes-Maritimes
Giovanni Schipani Adjoint au Maire d’Aubagne, Conseiller Communautaire, Bouches du Rhône
David Ytier, Adjoint au Maire de Salon-de-Provence, Bouches du Rhône

Tribune sur: http://www.huffingtonpost.fr/julien-aubert/non-a-cette-reforme-du-college_b_7490680.html

Actualité / 30 mai, 2015

L’alternance est en marche !

Depuis quelques jours, nous avons commencé à écrire une nouvelle page de notre histoire. Pendant deux jours, les militants ont eu à s’exprimer sur le nouveau nom de notre rassemblement, sur les nouveaux statuts et sur le nouveau bureau politique.

 

Samedi, le premier Congrès des Républicains s’est tenu à Paris. Ce rendez-vous était d’une importance capitale pour chacun d’entre nous que l’on soit militant, cadre ou acteur de la vie publique.

 

La naissance des Républicains n’est pas qu’un changement de nom, elle est une transformation de fond. Finie la politique politicienne, place au renouveau et au débat !

 

Ce renouveau doit être le nôtre, celui d’une jeunesse engagée, investie et méritante.

 

Si j’ai eu la chance de m’exprimer au nom des jeunes de notre formation, comme d’autres, c’est bien parce que Nicolas Sarkozy souhaite donner une place significative à la jeunesse au sein des Républicains.

 

A nous de saisir cette chance immense. A nous de profiter de cette opportunité pour nous approprier ce nouveau parti. Nous devons faire des jeunes de véritables acteurs politiques, non pas parce que nous sommes jeunes mais parce que nous le méritons.

 

Le mérite, la méritocratie, voilà une valeur fondamentale que nous voulons retrouver dans une société mise à mal par la politique de François Hollande. En 2012, il nous promettait de faire de la jeunesse sa priorité… Promesse tenue ! Avec les rythmes scolaires, il a détruit l’école républicaine et le tissu associatif. La réforme du collège, une réforme passée aux forceps dont le seul but est de promouvoir le nivellement par le bas et un égalitarisme idéologue de cette gauche bien pensante. Quel plus grand symbole que l’attaque par le gouvernement des bourses au mérite… Alors que leur suppression était envisagée, elles ne doivent leur survie qu’à l’action heureuse d’un collectif de jeunes. On la croyait sauvée. C’était sans compter sur l’acharnement de ce gouvernement, qui une fois de plus, use et abuse des décrets pour diviser par deux le montant de cette bourse au mérite !

 

Nous ne partageons pas ces valeurs. Sous la dictée de François Hollande, ce gouvernement fait primer l’égalitarisme face au mérite. Nous voulons dire stop à cette politique qui ne récompense plus le travail et qui nivelle la société et l’école par le bas. A quoi bon recruter ces milliers de professeurs si dans le même temps, on demande à notre jeunesse de ne pas trop bien travailler car cela risque de mettre mal à l’aise ceux qui ne travaillent pas…

 

Voilà à quoi ressemble la fameuse présidence normale promise en 2012. Voilà ici résumée, la politique rejetée par la jeunesse de France.

 

Nous sommes jeunes mais nous ne sommes pas irresponsables.

 

Ce renouveau, nous allons y participer. Assurons notre présence dans chaque débat. Ancrons avec Nicolas Sarkozy la démocratie participative au cœur de notre mouvement. Saisissons nous de tous les sujets !

 

Faisons des jeunes républicains le plus grand parti jeune de France. Devenons des interlocuteurs privilégiés de l’action publique.

 

Mais faisons vite, pour que dès 2017, nous soyons en ordre de marche pour faire gagner les Républicains, faire gagner la France !

 

L’alternance est en marche et rien ne l’arrêtera !

Actualité / 31 mars, 2015

Départementales 2015 : la reconquête partira de Nice !

Après plusieurs mois d’une campagne de terrain de chaque instant, la majorité départementale conduite par Eric CIOTTI sort victorieuse avec 50 conseillers départementaux sur 54 !

C’est une réussite historique qui permettra à notre Président fraichement réélu de conduire l’ensemble des engagements pris dans cette campagne et de mener une action équitable et juste sur l’ensemble du territoire des Alpes Maritime.

 

Cette victoire historique est également celle de l’équipe de Christian ESTROSI. A Nice, les candidats de la majorité municipale emportent brillamment les 9 cantons niçois avec de très belles surprises !

 

C’est un sans faute pour l’UMP 06 et nos candidats maralpins !

 

Contre toute attente, cette réussite est aussi celle de notre famille politique sur le plan national. La droite gagne 64 départements contre 31 pour la gauche. Les français ont sanctionné comme jamais sous la Ve République la politique menée par le Président Hollande dont les promesses se sont transformées en mensonges et les espoirs en rejets des français.

 

Le flop bleu marine ; contre toute attente également la victoire annoncée de Marine Le Pen et consorts transformé en un échec fumant. Dans tous les médias, on entendait scander la vague bleue marine. C’est avec regret qu’au soir du second tour, les journalistes et politologues annonçaient qu’aucun département français ne tombait entre les mains du front national.

Les français n’ont pas été dupes. Ils ont sanctionné un programme farfelu, qui ne tenait pas compte des spécificités locales. Les français ne veulent pas de candidats nomades, mais des élus locaux implantés dans leurs circonscriptions et forts de leur enracinement.

 

Un pas de plus est entrepris sur la route de l’alternance. C’est par nos villes, nos cantons, nos régions que passera la reconquête nationale. Alors en route pour les régionales, et pour mettre fin au chapitre socialiste qui a trop longtemps duré en Provence Alpes Côte d’Azur !

Actualité / 15 décembre, 2014

Repas de fin d’année des Jeunes POP 06

unnamed

banSiterepasjpop copie

Actualité / 3 décembre, 2014

Nicolas Sarkozy, nouveau président de l’UMP !

64.5 % et 100 159 suffrages ! Par ce score sans équivoque, les adhérents UMP ont consacré Nicolas Sarkozy comme étant leader incontesté de notre famille politique !

Read more
Actualité / 28 novembre, 2014

Un Mois/Un Elu avec Joseph SEGURA

10426525_1524044667835657_1293584753322960812_n

Un mois/Un élu : Les JeunesPOP06 ont rencontré Joseph Segura, Maire de Saint-Laurent du Var.

Actualité / 9 novembre, 2014

Formation Media Training avec Aurore BERGE

Les JeunesPOP06 ont reçu Aurore BERGE pour une matinée débat formation MEDIA TRAINING.

10404427_10154709146840408_3415193108907174479_n

IMG_0699

IMG_0698

IMG_0703

IMG_0708