Actualité / novembre 18, 2017

« Un mois, un élu » avec Philippe Pradal : Métropole, enjeux et avenir

Ce matin, les Jeunes Républicains des Alpes-Maritimes recevaient Philippe Pradal, 1er Adjoint au Maire de Nice et Vice-Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, dans le cadre d’une réunion « Un mois, un élu ».

Ce fût l’occasion d’échanger avec lui sur un sujet majeur : la Métropole, ses enjeux et son avenir. Il s’agit là d’un sujet très important : l’ambition de notre territoire. La Métropole, ce sont 49 communes qui s’étendent des plus hautes cimes du Mercantour jusqu’au littoral azuré de la Méditerranée. La jeunesse est directement concernée par ce thème, puisque les nombreux projets qui lui sont liés vont avoir un impact sur nos vies dans un futur plus ou moins proche. Ce n’est donc pas du seul avenir de la Métropole qu’il était question, mais également et surtout du notre.

Nice Éco Vallée, visibilité de la Métropole, projets structurants, mobilités, santé : autant de sujets qui ont été abordés à l’occasion de cette rencontre.

La ville de Nice et la Métropole Nice Côte d’Azur ont a cœur de développer la santé connectée de demain. Voila l’objectif du 27 Delvalle, nouvel outil prometteur, alliant lieu d’échange, de diffusion, de création, de recherche et de développement permettant de rassembler tous les acteurs de l’éco-système de santé. Cet outil place la technologie et le numérique au sein d’un système performant, afin d’accompagner et d’aider au mieux-vivre la population. Le 27 Delvalle abrite notamment des salles de formation équipées des dernières technologies pour les professionnels de santé, un appartement de simulation et de démonstration équipé d’une régie vidéo, une pépinière de start-up dédiée à la santé connectée, le siège du Centre d’Innovation et d’Usages en Santé (CIU-Santé) et le siège de FRANCE SILVER ÉCO qui pilote aux échelles nationale et européenne depuis Nice ses activités de développement de cette filière innovante. L’opportunité des partenariats européens est une chance pour ce territoire, puisqu’il favorise la diffusion des bonnes pratiques pour des citoyens. On estime que 300 000 emplois pourraient être créés d’ici à 2020 dans le secteur de la Silver économie. D’ailleurs après l’ouverture en 2015 du bâtiment du 27 Delvalle, « première pierre de la Cité européenne de la santé » à Nice, Christian Estrosi, président de la métropole Nice-Côte d’Azur et maire de Nice, a lancé le 13 novembre le projet Delvalle 2. Il s’agit là de construire à l’est de Nice, dans le quartier Pasteur, un projet unique pour aller plus loin dans la construction d’un cluster de la santé connectée.

Au-delà des projets de santé, la Métropole Nice Côte d’Azur c’est également la gestion d’un réseau de transport innovant pour les 49 communes qui la composent à travers le Réseau Lignes d’Azur. C’est également ce dernier qui est derrière le plus grand défi en matière de transport qu’a connu cette collectivité : les lignes 2 et 3 du Tramway à Nice.

Relier l’est et l’ouest de la ville : ce projet ambitieux facilitant les déplacements des Niçoises et des Niçois est rendu possible par l’aide de la Métropole, en charge des transports en commun.
Ce tramway sera aussi une vitrine pour la capacité de la Métropole à innover. En effet, nulle ligne de contact pour faire fonctionner le tram sur la partie en surface mais un système en avant-première mondiale de recharge statique par le sol, nommé SRS.

Mais s’il faut retenir un projet qui regroupe le plus de compétences de la Métropole et de son importance pour notre avenir, il faut obligatoirement faire mention de l’Éco-Vallée.

L’éco vallée, ce sont 450 hectares de surface disponibles pour réaliser des projets d’aménagement, 3 Millions de m2 de capacité constructible, 50 000 emplois à créer et de grandes enseignes qui prévoient de s’installer, comme Ikéa. Le tout représente un investissement de 2,5 Milliards d’euros, dont 80% proviennent du secteur privé. Avec ce projet, Nice Ouest a vocation à devenir une place forte et incontournable de Nice.

L’éco vallée, c’est d’abord un enjeu écologique qui a pour but de porter l’ambition de Nice d’être une « ville verte ». Pour cela, outre des infrastructures répondant à des critères écologiques, il faut noter que c’est ce site qui accueillera la 2e coulée verte de Nice.

L’éco vallée, c’est aussi une question de transports de par son positionnement stratégique. En effet, c’est sur ce site que va s’établir le pôle multimodal Saint-Augustin aéroport qui, à terme, a pour vocation de réunir comme son nom l’indique l’aéroport, la gare, mais aussi prochainement les lignes 2 et 3 du tramway ainsi que la connexion de la voie Mathis avec l’autoroute.

L’éco vallée, c’est enfin l’encouragement à l’innovation, le point principal de ce projet ambitieux. C’est le but du CEEI, la pépinière d’entreprises de la Métropole, qui a déjà un premier bilan très encourageant alors même que l’éco vallée n’en est qu’au stade de développement. En effet, près de 120 start-ups ont pu en profiter, près de 600 emplois ont été créé, et plus de 35 millions d’euros ont pu déjà être levés grâce à cette pépinière !

La capacité de notre Métropole à innover a d’ailleurs été reconnue au niveau européen puisque la Métropole a fini finaliste du concours iCapital et est devenue une ville ambassadrice de l’innovation européenne. Grâce à ce prix, la Métropole bénéficie d’un coup de projecteur européen incomparable mettant en avant la Métropole comme lieu majeur de l’innovation en Europe.

Enfin, nous avons souhaité profiter de l’expérience d’avoir avec nous le Président de la commission finances de la Métropole Nice Côte d’Azur pour échanger avec lui sur un point souvent source de débats lorsque l’on parle de collectivités territoriales parce qu’il s’agit d’un sujet compliqué et mal compris : la notion de finances publiques et d’investissement. Aucun sujet n’a été oublié : notion de dette publique, la distinction entre les dépenses de fonctionnement et les dépenses d’investissement, le désengagement de l’État dans les collectivités depuis l’arrivée de François Hollande et les perspectives et prévisions quant au nouveau gouvernement dont la promesse de supprimer la taxe d’habitation risque de porter un coup fatal aux collectivités s’il n’est pas justement compensé par l’État, et la façon dont cette promesse devrait le cas échéant être compensée.

Ce sont, entre autres, tous ces points qui ont été évoqués au cours de notre rencontre avec Philippe Pradal et qui sont révélateurs de l’importance de la Métropole et de son futur prometteur. Merci encore à lui pour avoir pris le temps de nous rencontrer et d’avoir répondu à toutes nos questions !